- 217 -

L'infidélité est-elle immorale ?

De plus en pus d’ampleur…

Aujourd’hui, on vit une toute autre époque, loin « je te serai fidèle pendant toute ma vie etc.» de nos arrières grand parents. Comme lors de la prononciation de leurs vœux pendant la cérémonie de leur mariage. Le mot fidèle, semble être un terme méconnu par les couples d’aujourd’hui, le mariage prend une autre tournure, qu’au final on se demande se qui s’est passé. Est-ce l’évolution new generation? Ou les couples de nos jours considèrent-ils que c’est un besoin qu’on doit assouvir ? Le renouveau en termes d’intimité et de sentiment.

Une petit tour dans l’histoire

On ne peut vraiment affirmer que nos ancêtres, n’ont jamais désiré vivre une autre expérience que ce qu’ils vivent tous les jours, qu’ils étaient totalement satisfaits et heureux. Mais on peut dire, que l’infidélité n’a pris son ampleur que dans le XXIè siècle, les femmes sont plus autonomes, donc sont indépendantes des hommes.

80% des femmes pensent encore qu’il est toujours préférable d’être fidèles et 10% le prennent comme une obligation, donc frustrante. Cependant, même si elles sont fidèles, il y en a tout de même qui « pensent » qu’il n’est pas forcément obligatoire pour une femme de rester fidèle à son mari. C’est probablement dû à cette émancipation et indépendance de la femme. A la différence d’il y a une vingtaine d’années, beaucoup de femmes aujourd’hui sont aussi infidèles que des hommes.

Les opinions sur l’existence de l’infidélité aussi bien avant sont peu variées mais se résument au fait qu’avant on refusait de l’admettre ou qu’il n’y avait pas trop de tentation.

Si on cite quelques exemples, des grandes œuvres de l’époque, l’on peut constatez qu’on parle bien d’adultère. Mais, dans ces romans, la femme adultère semble mal récompensée par ses actes, montrant ainsi que l’infidélité est un acte immoral.

- Mme Emma Bovary, ne supportant plus l’ennui de son quotidien, s’est adonnée aux plaisirs d’une vie extraconjugale, Elle meurt en prenant conscience que personne ne l’a réellement aimée, si ce n’est son mari qu’elle a trompé plusieurs fois.
- Mme de Rénal, l’héroïne du roman Le Rouge et le Noir de Stendhal qui succombe au charme de Julien Sorel.
- Enfin, Les Liaisons dangereuses, ce roman épistolaire de Choderlos de Laclos dont les deux protagonistes Mme de Merteuil et le Vicomte de Valmont prônent le libertinage et la vie de débauche.
Mais la morale est souvent sauve et les femmes infidèles payent très cher leur faux pas.
- Le Diable au corps de Raymond Radiguet raconte la passion qui naît entre une femme mariée dont l’époux est parti à la guerre et un jeune homme. La femme meurt en accouchant de l’enfant de son amant.

C’est à l’arrivé de nos écrivains féministes Colette, Simone de Beauvoir, Marguerite Duras que l’infidélité est perçu comme un acte tout à fait normal, plus de mauvaise récompense.
Evidemment, celles-ci, avec les autres auteurs ayant le même point de vue qu’elles, n’ont pas été ben reçues et considérées même comme étant immorales (Laclos et de Flaubert).
Cependant, si l’on commence à avoir un autre point de vue de l’infidélité, même si pour la plupart, c’est malsain.
L’infidélité a toujours été là, malgré qu’on l’ait toujours mal vue
La différence notable que l’on remarque aujourd’hui se trouve être dans l’acceptation de ce geste.
Aujourd’hui, la femme ou l’homme la moitié des couples mariés sont infidèles, ou l’ont été. Et vu son ampleur, plus tard, il sera considéré comme un acte normal et ceux qui restent fidèles seront des couples d’exception.
Si on analyse les faits, le nombre de site qui offre comme service une relation extraconjugale, c’est comme si, l’infidélité est devenu un acte, une expérience à vivre. Publicités, annonces, tous les moyens sont bons pour attirer les gens dans cette pratique, une infidèle ou rencontre cochonne par exemple sur le site www.blog-rdvsexe.com.

Et, cet acte ne se limite pas à une communauté, tout e monde succombe (grands sportifs, ou les hommes politiques).

La question qui se pose, dont la réponse reste superflu est pourquoi devient-on infidèle. Dire qu’on veut sauver le couple est-elle la vraie raison, ou est-ce juste un prétexte pour goûter à ce plaisir ?

En effet, ce n’est pas toujours évident de rester ensemble pendant des années sans quelques querelles, différends etc. et pourtant l’on cherche à tout prix à éviter la séparation et éviter l’échec. Pour beaucoup, « aller voir ailleurs » est la seule solution pour faire renaitre le désir dans son couple, rester à se voilier la face, et faire comme s’il n’y avait aucun problème (lassitude) au sein du couple fini toujours par un divorce ou séparation. Cependant, même si ces gens pensent qu’il faut le faire pour une bonne cause (sauver son couple), il semblerait qu’ils n’ont pas la conscience tranquille, même ceux qui ne l’ont pas encore fait mais ont pensé.

L’infidélité est-elle immorale ?

Pour en avoir le cœur net, voici quelques réponses qui pourraient aider à comprendre. L’infidélité est-elle être fidèle à soi et donc faire preuve de respect envers sa propre personne et ses désirs ?

L’infidélité a plusieurs facette

On a tous notre propre concept de fidélité ou d’infidélité.

En effet, si certains disent que regarder une personne, être attiré par elle, y fantasmer est déjà être infidèle. Pour d’autres, c’est seulement quand on passe à l’acte que ça compte, mais quel acte ? Un baiser ? Quelques préliminaires ? Ou faire l’amour ? Et encore, un aventure ou une longue relation qui dure en cachette ? Que peut donc dire de l’infidélité ? Qu’est ce que c’est ? Autant de réponses pour une simple question.

Dans cette relation, au diable les contrats, les promesses ou quelconque engagement. La seule chose à faire est de « se faire confiance ». Cependant, on se demande parfois pour quoi devenir infidèle pour à nouveau devenir fidèle à l’autre, une chose qui arrive souvent.

Prenons un cas : cette femme est convaincue que si la fidélité se base au respect de son mari, elle est bien fidèle à son mari, mais lui serait infidèle à elle, du fait qu’elle n’aime plus son mari, qu’elle ne fait pas ce qui est bien pour elle etc. Dans ce cas, si elle est infidèle à son mari, elle lui serait fidèle à elle-même.

Ça devient de plus en plus intéressant, être fidèle ou infidèle pour certains alors commence par soi même. C’est ainsi que plusieurs femmes (spécialement) voient les choses aujourd’hui, se faire plaisir à soi d’abord dans le « respect » de l’autre. On n’est donc pas obligé d’être fidèle à son mari ?

Quelles sont les raisons qui poussent à l’infidélité ?

Une mauvaise passe, la routine, telles sont les excuses que nos infidèles avancent en général.

Arthur Schopenhauer, nous résume ces deux situations dans son œuvre Le monde comme volonté et comme représentation. En effet, on s’ennui quand rien ne change dans son quotidien, quand on a fait une chose trop longtemps sans y apporter nouveauté ou autre pour pimenter un peu. De son côté, la souffrance est engendrée par la découverte de l’inconnu qui est déstabilise beaucoup. Une relation a besoin d’être ravivée de temps en temps pour échapper à la routine.

Quand à Samuel Beckett, ces propos se résument comme suit : on s’ennuie ou ne supporte la personne avec qui on cohabite depuis longtemps mais on ne peut pas non plus vivre sans elle, ni même l’imaginer. C’est purement homme, il préfère rester avec une personne qu’il a connu depuis longtemps que d’aller vers une autre, il ne peut le faire. Sartre avait donc raison ? « L’Enfer c’est l’autre », que notre enfer serait de perdre aussi notre conjoint ?

L’infidélité aussi arrive quand la personne est du genre qui a toujours besoin d’affection, de rassurance en termes de séduction, d’amour, elle a besoin d’être admiré regardé, et que notre partenaire ne nous donne plus un ou tout ça. Là on va plus dire que c’est forcément à cause de notre femme ou de notre mari, mais nous même. C’est essentiel de le savoir, car dans un couple, si ce genre de situation arrive, il est toujours important de savoir d’où vient e problème pour y remédier.
D’autres raisons aussi, sont : l’absence du conjoint, l’indisponibilité et l’absence de communication ou d’affection qui sont les premières recettes du bon fonctionnement d’une relation. L’amour ne suffit pas comme certains affirment des fois, ou plutôt dire qu’il implique certaines chose : accorder du temps à celui ou celle qu’on aime, être là physiquement, moralement, affectivement. Prévoir de temps en temps des moments intimes est primordiale si l’on veut faire durer une relation sans ennui ni souffrance, créant ainsi la complicité comme au début de la relation.

Moralité ou immoralité ?

Pour la religion :
Lors du mariage, le couple se fait des promesses de fidélité, d’amour devant Dieu. Etre infidèle est punissable, c’est une faute grave, et immorale. Pour un croyant, il n’est pas permis de tromper son partenaire. Même si l’on dit de l’erreur humaine, chose qui arrive souvent, l’infidélité est inacceptable dans la religion.

Pour d’autres :
Certains, opinions, disent, que c’est le mariage en lui-même qui est immoral, car cela prive aux deux individus de leur liberté propre en se liant. Etre marié est être lié et donc point de liberté.

Pourquoi l’adultère est-il tellement ma vue par beaucoup ? Et bien, la Bible et beaucoup d’autres livres nous apprennent à rester fidèle, depuis bien longtemps qu’il est difficile de penser autrement. Il existe tout de même des civilisations qui acceptent les relations extraconjugales, d’autres vont jusqu’à prouver que si l’on connait que notre conjoint nous est infidèle, on se sent mieux. L’on devrait donc accepter que l’homme soit de nature infidèle ? Mais parfois, ce n’est pas l’infidélité qui font souffrir mais le mensonge, comme beaucoup de femme l’ont avoué : savoir que son mari nous trompe n’est pas du tout agréable, pourtant une fois que leur mari l’ont avoué, elles étaient soulagées, prêtes à pardonner. Et recommencer.

En effet, la Bible, par ses interdits semble pousser vers a tentation, mais elle enseigne le respect, chose très importante dans une relation, respecter l‘autre c’est lui être sincère : pas de mensonge, pas de tromperie, pas de trahison. La trahison qu’est l’infidélité, l’infidélité que le mariage refuse, un mariage dans lequel on a fait des promesses, des promesses qu’on n’a pas tenu, ce qui montre que c’est tout à fait immoral. Dans l’infidélité, on se trahit nous même parce qu’on n’a pas tenus nos propres engagements, faire confiance et se faire confiance.

L’infidélité est un acte immoral, il faut le reconnaitre, mais l’essentiel dans cet acte c’est d’essayer de la comprendre, de la justifier ou de la tolérer. On l’a dit, il est difficile de croire qu’un homme peut n’aimer qu’une seule femme dans sa vie, et faire l’amour qu’avec elle (on ne va pas non plus dire que c’est impossible), l’homme a une double face, l’une fidèle à son créateur et l’autre à lui-même. Cependant, cet homme fidèle à lui-même on le sait change souvent d’avis, instable et n’est jamais satisfait de ce qu’il a. c’est la raison pour laquelle, on peut affirmer que l’homme ne peut pas forcément rester heureux le long de sa vie avec une seule femme, et mettre de coté ses envies.
Si on faut une petite escapade dans les années 50, réussir dans son mariage pour eux était pour l’homme de bien nourrir sa famille e de bien éduquer ses enfants, pour la femme de tenir son rôle de femme au foyer. Un bonheur dans la vie familiale et non dans la vie de couple.

Aujourd’hui, le primordial c’est son propre bonheur avant de celui du couple voire de sa famille. C’est un échec si l’un des couples n’est plus heureux, le bonheur au sein de la famille elle même est secondaire. C’est d’ailleurs l’une des raisons des nombreux divorces des couples avec enfant, c’est soi d’abord, bien différent d’il y a longtemps.
Des couples se séparent car ils recherchent la perfection qui l’on sait n’existe pas.

Dépasser l’infidélité ?

Il est clair que rester fidèle, n’est pas aussi simple que ça, il y a toujours des hauts et des bas, ce moment de faiblesse et de crise, qui pousse vers l’infidélité. L’infidélité se base dans le mensonge et non dans l’acte, car fidélité implique honnêteté et sincérité.
Ici, quand on dit, comprendre l’infidélité serait la meilleure façon de la dépasser et de la résoudre. Sachez le, peu importe le problème, si on veut le résoudre il faut le connaitre et le comprendre. C’est toujours mieux de la résoudre à deux. La nature de l’homme est fait ainsi, commettre des erreurs et les regretter, à l’autre de savoir pardonner, comme le bon Dieu le fait tout le temps avec nous.
« Je pardonne mais je n’oublie pas », ainsi est dictée la pensée de l’être humain. Pourtant, le pardon, en est la seule solution de l’infidélité si on veut sauver le couple évidemment ; recommencer et reconstruire à deux. Plus le temps passe plus on finit par oublier et pardonner, puis on et tous « enchainé » par l’amour qu’on mérite tous d’être compris et pardonné, le théologien Xavier Lacroix, comme critique littéraire Roland Barthes ont expliqué.

L’infidélité est finalement immorale ou pas ?, ici encore il faut différencier une relation extraconjugale entre deux personnes qui s’aiment, d’une relation extraconjugale purement sexuelle. Ce qui est sûr, c’est que le mensonge généré par elle est immoral. La confiance mutuelle et la complicité, c’est la seule façon de remédier à tous cela. Si vous cherchez la perfection, vous ne risquez pas d’en trouver, il faut vivre avec ce qu’on a et essayer de faire en sorte à ce que ça marche. L’amour est peut être effrayant pour certains, mais c’est tout de même un sentiment magique, un partage de bonheur.

Bref ! Pour résumer, Musset le voyait ainsi, en l’amour on souffre certainement, mais c’est toujours mieux de vivre l’amour et en avoir souffert que de ne l’avoir jamais connu, mieux vaut pour de l’avoir vécu plutôt que d’avoir vécu dans l’orgueil et l’ennui.